• Accueil
    • Tourisme
      • Découvrir
        • Visite du Pays Basque
          • [Côté Espagnol] Guipuscoa - La côte et le ciel bleu d'azur !

Guipuscoa - La côte et le ciel bleu d'azur !

Le Guipuzkoa est une province Basque attractive. Ses côtes (avec celles de Biscaye) sont parmi les plus belles d’Europe. Serties de villas cossues, qui rivalisent d’éclat avec les petites maisons de ville colorées et pittoresques, il faut s’engouffrer dans les petits ports, les ruelles, les bars pour sentir battre le cœur de cette région. Il faut aussi aller à la rencontre de ses habitants, les Basques qui sont joviaux, entiers et toujours prêts à faire la fête. 

Carte du Guipuscoa

Carte du Guipuscoa

Fontarrabie

Fontarrabie (Hondarribia) est la voisine d’Hendaye, de l’autre côté de la rivière Bidassoa qui se jette dans la baie de Chingoudy (Txingudi). C’est une belle station balnéaire, avec les attraits d’une zone montagneuse, les jambes dans l’eau. Le centre ville antique et ses fortifications nous rappellent que c’est la porte d’entrée (la porte Santa Maria près de l’église du même nom) du Royaume d’Espagne depuis Charles Quint. C’est un endroit qui est très visité par les français qui adorent venir y faire une journée plage et déguster la délicieuse cuisine Basque qui s’épanouit dans les nombreux bars à Pintxos et restaurants de qualité de la ville. Près de la côte, c’est l’ambiance portuaire (c’est un des plus grands ports de pêche de la région) dans le quartier de la Marina (le port de plaisance) qui est agréable. Faites une promenade en prenant le Passage Butrón qui mène sur les berges. Vous faites face à l’embouchure de la Bidassoa et Hendaye en face (côté français). D’ailleurs, si vous avez envie d’y aller en faisant une jolie marche, parcourez le chemin de la baie, qui part de Fontarrabie, jusqu’à Irun, puis Hendaye (14 km aller). Il règne une ambiance authentique à Fontarrabie, même si c’est une destination touristique, elle n’en n’a pas moins gardé son charme. Promenez-vous pour voir les remparts fortifiés, le centre ville et ses maisons colorées aux charmants balcons. L’hôtel de ville est majestueux, tout autant que les palais et maisons urbaines de charme. Sur la place des armes, levez les yeux vers l’hôtel qui a pris place dans l’ancien château de Charles Quint. Visitez le Centre d’Interprétation de la ville, qui se tient dans l’ancienne poudrière. 

Les rues pleines de couleurs de Fontarrabie

Place d'Armes de Fontarrabie

L'Hôtel du Château de Charles Quint

Vue du port

Irun

Plus au sud, vous allez vers Irun, elle aussi ville frontalière avec la France. Elle paraît assez récente, mais elle recèle en fait 2000 ans d’Histoire. Tout d’abord, il y a le musée Romain Oiasso, qui est musée archéologique, mettant à nu toute l’activité romaine que la ville a connu. Objets, coutumes, habitudes de vie, alimentation, outils de travail, c’est un fabuleux musée qui fourmille d’activités culturelles. À Irun, une jolie plage sur l’estuaire satisfera vos envies de bronzette et le marché ainsi que les rues commerçantes combleront vos envies de shopping. Dans le centre, passez voir la mairie, un bâtiment emblématique de la ville. Il y a aussi l’église Santa Maria del Juncal et plus à l’extérieur de la ville, un ermitage (Ama Xantalen)  qui abrite un petit musée. À l’extérieur d’Irun, il y a plusieurs grands centres commerciaux, prisés des français, car certaines choses comme l’alcool y sont bien moins chères… Attention à ne pas dépasser les limites douanières !!! 

Irun

L'un des centres commerciaux d'Irun 

Errenteria et le Parc Naturel Aiako Harria

Plus au sud d’Irun, vous irez à Errenteria à l’entrée de la baie de Pasaia pour flâner dans sa vieille ville, vaste et offrant une belle vue depuis le fort  de San Marcos qui protégeait la ville de San Sebastian toute proche. C’est une ville aux visages multiples, d’un côté l’ancien quartier médiéval à conservé son charme, puis un quartier plus moderne regorge de maisons basques, il y a enfin un quartier clairement industriel. Errenteria est un endroit joyeux et festif l’été et le weekend. Pour se remettre des soirées endiablées, pourquoi ne pas faire un tour à Oiartzun, plus au sud, porte d’entrée du Parc Naturel Aiako Harria (pour des randonnées et la visite étonnante des mines d'Arditurri dans une très vieille formation géologique unique au Pays Basque). Vous pouvez même y aller en vélo ou à pied depuis Errenteria en empruntant la Voie Verte d'Arditurri. Les plus sportifs iront jusqu’à San Sebastian. Deux petits musées municipaux sont à voir à Oiartzun : un centre d’interprétation géologique et un sur la musique populaire. 

Parc naturel Aiako Harria

La Baie de Passaia

Nous arrivons à la superbe baie de Passaia (Ria de Passaia), qui abrite de charmants petits coins et recoins, des ports de pêcheurs et de commerce ancestraux, tout autour des eaux de la mer qui s’engouffrent à cet endroit. À l’est de la baie, il y a Pasaia Donibane, d’où La Fayette est parti en direction de l’Amérique à bord  de son navire La Victoire. C’est aussi un coup de cœur célèbre de Victor Hugo, qui le qualifiait de « petit eden rayonnant ». Cela donne envie d’aller se promener le long de la baie, la côte est préservée et abrite une multitude d’oiseaux. Au pied des montagnes, les maisons sont belles et comme accrochées à la falaise. Des sorties en bateau-taxi permettent de rejoindre l’autre côté de la Ria pour une somme modique. Les petits villages de pêcheurs ont gardé leur charme, ainsi que le vieux village de Pasaia où l’on peut voir la Casa de Victor Hugo où il a séjourné en 1843. C’est un plaisir de manger en terrasse, par une belle journée, avant ou après une marche le long de la baie. À l’est, passez par Lezo, traversée par le fleuve Oiartzun qui se jette dans la baie avant de rejoindre la mer. La Basilique gothique Santo Cristo est le joyau de la ville, tout autour s’organise le centre historique sur fond montagneux. Le mont Jaizkibel promet de jolies randonnées avec des vues intéressantes. 

La baie de Passaia vue du ciel
Passaia

Juste avant San SebaStian : Pommes et patrimoine

On se rapproche de San Sebastian, encore un peu de patience il y a de jolies choses à voir et à boire sur la route ! Astigarraga, c’est la région par excellence du cidre. Le vrai cidre Basque, celui qui est acide et assez alcoolisé. Celui que l’on consomme accompagné du Txotx (traditionnellement un petit repas pour aller avec, du pain, des œufs, de la morue séchée). Il y a plein de pommeraies tout autour de la ville et les vraies cidreries, sont des endroits où les cultivateurs s’occupent de leur verger une bonne partie de l’année et entrent en confection du cidre quelques mois par an en hiver (mi-janvier / fin du mois de mars). C’est à ce moment là qu’on peut goûter le cidre, directement chez le cultivateur/producteur, comme les Basques. D’Astigarraga à Hernani, il y a quantité de pommeraies à visiter et où faire ripaille. Attention, elles ne sont pour la plupart pas ouvertes toute l’année, comme les cidreries que l’on connait qui sont en fait plutôt des brasseries spécialisées. Le 26 juillet, c’est la grosse fête du cidre à Astigarraga et c’est un événement à ne pas manquer. En dehors des pommes, à Astiagarraga, vous trouverez, si vous êtes intéressés par les modes de vies locaux, le Parc ethnographique de Santiagomendi. Il y aussi un joli jardin le Parc public de Murgia et bien sûr, le Musée du cidre, le Sagardo Etxea avec une visite de pommeraie, des dégustations et des explications sur les procédés de fabrication. Hernani est une ville industrialisée qui a su garder une partie de son charme, la visite de la vieille ville est intéressante. Pour les amateurs de piscines et jeux d’eau, un très grand parc aquatique de 25 000 m² est ouvert à la belle saison « Jolas igerilekuak ». La ville a mis en place des itinéraires de marche sympas sur toute la commune (à voir ici, utilisez un outil de traduction de votre navigateur si besoin ). Plus au sud il y a Urnieta, petite contrée au riche patrimoine, au milieu des collines verdoyantes, peu fréquentées par les touristes. Le chemin de Santiago y passe, il y a de nombreux bâtiments historiques ainsi qu’une zone archéologique. La grotte de Marizulo est à proximité de nombreux éléments mégalithiques datant de l’âge du bronze et du fer, vous y accéderez après une randonnée. Encore au sud, Andoain dans la vallée du Leitzaran est entourée elle aussi de parcs et de belles montagnes. À noter la présence d’un centre culturel, le Bastero, dynamique. 

Les vignes

Le cidre d'Astigarraga

San Sebastian

Nous arrivons à San Sebastián (Donostia).
Une si jolie station balnéaire, que de nombreuses personnes s’y rendent pour une journée ou un weekend depuis le Pays Basque Français. Chic et décontractée, cool et profonde à la fois, c’est une ville intéressante et réputée pour la qualité de ses boutiques et restaurants. C’est la capitale du Gipuzkoa depuis 1854, date à laquelle elle s’ouvre au beau monde avec la mode des bains de mer. On y vient pour se promener sur la baie et profiter des magnifiques points de vue, pour lézarder sur la belle plage de la Concha, s’émerveiller et se projeter naïvement (« tu imagines si l’on vivait là ?? ») devant la façade des hôtels et maisons luxueuses du XIXème siècle. Hiver comme été, Donostia est une ville vivace, jeune et très fréquentée. La qualité des infrastructures culturelles est telle que la scène est riche et attractive. Concerts, spectaclesévénements sportifs, il y a toujours quelque chose à voir ! 

San Sebastian vu des remparts

Le port de San Sebastian

L'architecture en bord de plage

Les rues piétonnes et les spectacles ambulants de la ville

Surfer en fin de journée à San Sebastian

Avec des spectateurs

Promenez-vous dans la vieille ville, longez les remparts, montez jusqu’au Château de la Motte, retournez vers la grande Plaza de la Constitución et faites une pause pour goûter les Pintxos de la ville. Entre montagne et plage, San Sebastian offre des points de vue sur la baie époustouflants et pour ce faire, commencez par prendre le funiculaire vers le Mont Igueldo où se trouve un petit parc d’attraction amusant datant de 1912. Redescendez pour faire une marche vers la plage d’Ondarreta, il y a le Palais Miramar et ses jardins, face à la mer. Dirigez-vous ensuite vers Gros, le quartier populaire et jeune, au bord de la mer, pour faire du shopping et boire un verre. Poursuivez jusqu’à la plage de la Zurriola, où ses nombreux surfeurs vous offrent un beau spectacle. Il y a d’autres plages moins exposées, les plages de l’île Santa Clara

Vous aimez les musées ? Vous ne serez pas déçus, San Sebastian est bien pourvue : Le musée municipal San Telmo, dans un ancien couvent Dominicain est un musée sur l’histoire de la ville. Le musée Balenciaga est dédié au couturier du même nom. Albaola est le musée du patrimoine maritime Basque, où de vraies constructions de navires ont lieu. Il s’y trouve aussi une école de charpente et de navigation. Il y aussi le Musée Naval sur le même sujet mais avec un angle plus historique. Au Château de la Motte, il y a le musée de l’Histoire avec une scénographie moderne et interactive. Un musée original, s’il en est, que le Museum Cemento Rezola (musée du ciment), nous interroge sur la place du ciment dans nos vies et notre civilisation… Les enfants apprécieront l’Aquarium ainsi que Le musée de la science Eureka. Les amateurs de football petit et grand seront ravis d’aller au musée du club de foot de la ville, le Musée de la Real Sociedad. 

Vue sur le funiculaire de San Sebastian

L'arrivée sur les remparts

Le Christ protégeant la ville

Les remparts

Shopping à San Sebastian

Le patrimoine de San Sebastian

Le patrimoine de San Sebatian est remarquable, traversée par le fleuve Urumea, enjambée par plusieurs ponts qui séparent la vieille ville de la partie plus récente, elle a un charme balnéaire début du siècle dernier irrésistible. Nous avons imaginé un petit circuit pour découvrir une partie de ces merveilles : Partez du centre de thalasso La Perla au bord de la belle plage de la Concha, puis continuez vers La Cathédrale du Bon Pasteur datant de 1897 et construite avec un grès venant du mont Igueldo. Traversez le Pont Maria Cristina et ses 4 obélisques, longez le fleuve et retraversez le pont de Santa Catalina à 4 arches. Continuez jusqu’au très beau Théâtre Victoria Eugenia, un des plus importants du pays, construit début XIXème siècle dans un style néo-renaissance. Ensuite, continuez vers le Palais Kursaal et ses deux grands cubes contemporains, c’est le palais des congrès et il fait face à la plage Zurriola et au quartier de Gros. Rebroussez chemin pour aller jusqu’à la magnifique Basilique Sainte-Marie du Chœur qui est l’église la plus ancienne de la ville, datant de 1750. Revenez ensuite vers la plage pour terminer votre petite visite par la Mairie, qui est située dans un ancien casino. Vous avez fait environ 4 kilomètres.
Vous l’aurez remarqué lors de vos pérégrinations, la ville est un musée à ciel ouvert, plusieurs sculptures monumentales y sont éparpillées comme le Peigne du Vent, Construction Vide, la Bakearen Usoa… San Sebastian n’est pas une ville faite pour les voitures, qui encombrent les routes la nuit tombée, le mieux est donc de stationner dans les parkings souterrains pour éviter les galères ! Astuce : Découvrez la ville en visite guidée, pour tout savoir de manière vivante sur le patrimoine et si vous avez envie d’accent anglais, prendre un ticket de bus « hop on hop off » décapotable (rouge comme au Royaume Uni !)

La Cathédrale du Bon Pasteur

La Basilique de Santa Maria del coro

le pont Del Kursaal surplombant le fleuve Urumea 

Orio, Zarautz et la côte

Nous continuons à l’ouest direction Orio un joli village de pêcheurs et la station balnéaire proche Zarautz. Très dynamique à la belle saison, Orio est à l’embouchure du fleuve Oria. C’est une étape sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, vous aurez plaisir à visiter les vieux quartiers (Goiko Kale) du XIIème siècle, qui se font facilement à pied puisque tout est assez accolé. En vous rapprochant de la mer Cantabrique, vous verrez de belles falaises et les plages d’Antilla (près de l’embouchure du fleuve) et d’Oribazar (de l’autre côté). À Orio, n’oubliez pas de goûter la Daurade qui est une spécialité, délicieusement cuisinée dans les restaurants près du port, ainsi que l’Anguille. Comme beaucoup de communes côtières, Orio a ses montagnes, le Talaimendi. Un peu plus au sud, il y a la commune urbaine de Lasarte-Oria, qui est enjouée et bien peuplée. Elle est traversée par le fleuve Oria et jouit de la proximité d’Orio pour le côté balnéaire. Mais à elle seule, Lasarte-Oria a de nombreux attraits : elle est bien pourvue en hôtels, restaurants et un intéressant concept de « musée à air libre ». C’est une visite guidée de la ville, sous forme d’une brochure disponible en téléchargement ou à l’office du tourisme, pour voir les principaux points d’attrait culturel, historique et artistique de la ville. 

La plage de Zarautz

Petits ports de pêche

Un peu à l’ouest se trouve la jolie petite commune d’Usurbil, où il est agréable de se promener pour profiter du patrimoine, comme l’église San Salvador, la maison Casa Saroe et aussi un palais baroque : Atxega et celui de Sarobe. Promenez-vous derrière le fronton pour voir une jolie fresque d’une taille imposante. Un peu en dehors de la ville il y a l’ermitage San Esteban. Si vous aimez les petites anguilles, que l’on appelle les Civelles, c’est ici qu’il faut les goûter. C’est une pêche très réglementée, pour un produit de luxe et délicieux, qui subit malheureusement trop de pression sur ses populations. Appréciez-la avec parcimonie, dans cet endroit pittoresque où elle est pêchée consciencieusement. À Usurbil, on aime aussi boire du cidre ! De janvier à mai (et par extension, toute l’année à présent), c’est la pleine saison et il ne faut pas s’en priver, car il est délicieux !  


Anguilles

Anguilles ou civelles, la pêche est très réglementée

Le Parc Naturel de Pagoeta

Vous arrivez sur la commune d’Aia, qui est au cœur du Parc Naturel de Pagoeta. Un havre de nature et de beauté. Si vous aimez la randonnée, c’est l’endroit où poser les valises plusieurs jours. C’est un lieu familial où les chemins sont pensés pour tous, avec de bonnes indications et des distances pour plaire à tout le monde. Un chapelet de petits hameaux compose la commune. Pour profiter du parc, dirigez-vous vers le Centre des visiteurs, dans un corps de ferme Basque, qui vous proposera une exposition ethnologique ainsi que toutes les informations pour profiter du côté ludo-pédagogique du parc. Dolmens, anciens gisements, grottes et faune domestique (vaches autochtones et poneys Pottoka) vous saluent (de loin quand même…). Ne ratez pas les forges d’Agorregi, un grand ensemble avec 4 moulins et tout ce qu’il faut pour expliquer aux visiteurs la transformation du minerai en fer. Pour les amateurs d’artisanat et de vieux métiers, c’est un régal. Il y a également un jardin botanique pour les amateurs de plantes : Le Jardin botanique d’Iturrarán.

Le parc naturel de Pagoeta

Stations thermales et villes côtières

On remonte vers la côte à Zestoa, une vraie station thermale connue depuis le XVIIIème siècle. Outre ses sources, le centre ville est plaisant, comme le Palais de Lili qui se visite. Les alentours de la commune sont riches en artéfacts préhistoriques, découverts à l’occasion de fouilles, il y a aussi des grottes ornées, dont celle de Ekainberri, qui se visite et propose des ateliers pour les enfants (c’est un fac-similé de la grotte qui elle, est fermée au public).   

Sur la côte, Zarautz est une destination touristique et prisée. La ville a bien compris ses attraits et propose des hébergements nombreux et à tous les prix, des activités intéressantes en saison, pour profiter de l’intérêt naturel, historique et culturel de ces lieux. Elle est dans la région d’Urola Costa et sa plage est la plus étendue du Pays Basque côté Espagne. Elle est bordée d’une longue promenade très agréable et parsemée d’endroits où faire une halte en terrasse en observant les beaux palais alentours. C’est une côte très appréciée, aussi bien par les surfeurs qui profitent de ses vagues connues et respectées (il y aussi des compétitions renommées organisées à Zarautz) que pour les baigneurs et les amateurs de bronzette (vous apprécierez le sable si doux et fin). Une idée de marche agréable : allez vers les dunes et empruntez une passerelle qui vous offre un sentier agréable pour observer la faune et la flore. En ville, faites du tourisme culturel dans les vieux quartiers : l'église paroissiale de Santa María La Real, les très belles maisons bourgeoises, la grande tour et le palais de Narros. Il y a un musée de la photographie Basque à découvrir. À Zarautz, c’est la fête tout l’été, l’ambiance y est accueillante, multiculturelle et bon enfant. 

Zarautz 

Surf à Zarautz

Surf à Zarautz

Juste un peu plus à l’ouest à seulement 3 km et joignable par un sentier côtier sympa, vous arrivez à Getaria. C’est un joli village de pêcheurs qui a porté en son sein 2 personnages importants : le 1er homme à avoir fait un tour du monde, Juan Sebastián Elcano (3 monuments lui sont consacrés) ainsi que, dans un tout autre registre, le couturier Cristobal Balenciaga. Un musée est dédié à ce dernier. En arrivant à Getaria, impossible de manquer les « flysch », un phénomène géologique surprenant, des plis gigantesques de terre qui se dressent face à vous. Autre phénomène, la montagne de San Anton, que l’on appelle aussi la souris à cause sa forme caractéristique. Si vous aimez la plongée, c’est l’occasion d’essayer à Getaria, car il y a une bonne école de plongée. Promenez-vous dans la vieille ville médiévale, mais n’oubliez pas les baskets car tout est en pente ! Découvrez de belles perspectives sur l’église paroissiale de San Salvador. Promenez-vous au pittoresque port de pêche et sachez qu’il y a des années, il fut rendu célèbre grâce à la pêche à la baleine. Aujourd’hui, c’est un endroit où déguster des poissons frais, un régal avec un bon verre de txakoli, le vin local. Si vous avez toujours vos baskets aux pieds, passez du côté de la montagne et grimpez jusqu’en haut pour voir un magnifique panorama depuis « la souris ». Vous remarquerez que le tour du village est couvert de vignobles, c’est donc une bonne occasion de partir pour un roadtrip et visiter les caves du coin. 

Le port de Getaria

Le village pêcheur de Getaria

Getaria


Zumaia, Deba, Mutriku

Il est ensuite facile de rejoindre Zumaia, un endroit singulier et assez époustouflant ! Deux plages belles et larges s’offrent à vous : la plage Santiago à l’embouchure de la rivière Urola (où les ornithologues amateurs seront heureux de voir une multitude d’oiseaux) et la seconde Itzurun, vous plaira aussi pour la promenade qu’elle vous invite à prendre jusqu’à Deba (ville côtière voisine) où vous verrez les Flysch (comme à Getaria), des falaises de grès et de calcaire en strates verticales étonnantes qui s’avancent vers la mer. À noter que vous pouvez, c’est exceptionnel et très rare, aller sur et près des Flysch pour les observer, les contempler et vous émerveiller... Dans la ville, vous verrez de belles maisons, des palais et l’église San Pedro. Il y a un musée consacré aux œuvres du peintre Ignacio Zuloaga. 

Les flysch de Zumaia

On continue la côte, vers Deba. Comme à Zumaia, on trouve de belles formations géologiques, des falaises voisines de très belles plages (Santiago et Lapari), peuplées de milliers d’oiseaux. Deba, c’est le nom du fleuve qui se jette dans le joli port de plaisance. Sur les berges, il y a des promenades sympas. Si vous aimez les petites criques, où vous vous sentirez seul au monde pour apprécier la clarté de l’eau et la douceur de vivre Basque, c’est l’endroit idéal. Mendata, Aitzuri, Sakoneta sont des endroits intimes et tranquilles. Deba c’est aussi une région où les gisements préhistoriques sont nombreux, comme la grotte d’Ekain (qui ne se visite pas, mais vous pouvez aller voir le fac-similé à Zestoa) on y voit aussi un monolithe. 

Zumaia

Mutriku est la dernière ville côtière du Gipuzkoa, c’est un village de pêcheur du XIIIème siècle (un des plus anciens de la province), qui mélange avec succès le côté pêche et médiéval. Allez vous promener au musée Bentalekua pour comprendre la relation de la ville avec la mer et la pêche à la baleine. Aujourd’hui, plus de pêche de cétacés, mais le poisson (et notamment le Maquereau) reste une économie forte de la ville, avec le tourisme. Promenez-vous pour voir la plus vieille église de la province : San Andrès et les grottes dans le quartier Olatz. Mutriku est un petit joyau qui n’est pas encore très poli… Profitez en !! À marée basse, promenez-vous sur la côte, c’est la « marche des 7 plages ».