Les coulisses de l’atelier de la dernière famille d'artisans fabricants de chistera !

Au Pays Basque, difficile de passer à côté du spectacle d’un jeu de pelote basque. Pratiquée par les locaux depuis leur plus jeune âge, cette discipline sportive est devenue un des symboles forts de la région et une tradition incontournable de la culture basque. Pourtant, il ne reste en France qu’une seule famille de fabricants du fameux chistera, le gant en osier de forme courbée et allongée qui permet de jouer à la pelote basque, ce jeu de paume communément appelée la cesta puntaRendez-vous à Anglet à la rencontre de la famille Gonzales !

Chistera

Les chisteras de l’atelier Gonzales

Un savoir-faire en voie de disparition

Fabrication chistera

Pierre, ou Peio de son nom basque, me livre ses secrets de fabrication

Fabrication chistera


Qu’il est fascinant de rencontrer des artisans inspirants qui, grâce à l’habilité de leurs mains, ont su perpétuer un savoir-faire d'excellence. Aux confins de son petit atelier à Anglet, je rencontre Pierre Gonzales en plein travail. Plus qu'une simple vocation, la fabrication artisanale de chistera basque est une véritable passion transmise par son père et héritée de trois générations. Il faut dire que l’apprentissage et la transmission de ce savoir-faire familial se confondent avec l’histoire de l’atelier.

Cet atelier fût fondé en 1887 par l’arrière- grand-père de Pierre, maréchal-ferrant de métier et voisin de palier d’un fabricant de chistera qui lui enseigna les bases de la profession. Ce dernier transmis son savoir-faire à trois de ses fils, dont le grand-père de Pierre, qui a son tour le transmis à son fils Jean-Louis. Une belle histoire familiale qui perdure depuis 136 ans ! La révèle est aujourd’hui assurée par Bixente, son fils de 20 ans actuellement en apprentissage.

Cet atelier est le dernier appartenant à une famille d'artisans, qui fabriquent de manière traditionnelle des chisteras en France et il existe seulement huit autres entreprises en activité en Espagne !

Fabrication Chisteras

Une collection d’accessoires de jeu de paume

Fabrication Chisteras


Immersion dans l’atelier des Gonzales

Dès que je pénètre dans le petit atelier de la famille Gonzales, je suis saisie par l’odeur bien spécifique du bois. Des copeaux jonchent le sol. Des machines d’un autre siècle sont éparpillées dans chaque coin de l’atelier. Un éventail impressionnant de chisteras et autres raquettes anciennes attire inéluctablement l’attention. L’atelier tout entier respire le rustique. Quel privilège de découvrir le charme de cette profession artisanale et les créations d'exception des Gonzales dans ce lieu hors du temps !

Dans cet atelier, entre 120 et 150 chisteras sont produits chaque année, entièrement façonnés par Pierre et son fils. L'artisan insiste sur le « fabriqué à la main et sur-mesure » car chaque chistera est unique, parfaitement adapté à la taille, à la force et au style du pelotari (d’où une variation relative des dimensions et de la courbure). Pierre décrit justement cet instrument comme le véritable « prolongement du bras » du joueur. Environ 25 heures de travail sont nécessaires à la confection d’un chistera, qui prend forme et s'habille au gré des couleurs naturelles du bois de châtaignier, de l’osier et du cuir utilisé.

Fabrication Chisteras

Des chisteras sur-mesure


En découvrant les étapes de fabrication, je réalise que la connaissance parfaite de trois métiers bien distincts est indispensable à la confection d’un chistera. Pierre est tout à tour ébéniste, pour le travail du châtaigner qui forme l'ossature et les côtes, vannier pour le tressage de l'osier sur l’armature et enfin sellier pour la confection du gant en cuir.  Un métier complexe qui requiert une dextérité toute particulière !


Les étapes de fabrication du chistera basque : des techniques de montage et d'assemblage à l'ancienne

C’est avec son père que Pierre a appris le travail du bois et le respect de cette noble matière utilisée dans la constitution de l’armature du chistera. La première étape de la fabrication consiste à extraire l’aubier de l’écorce et du cœur des troncs de châtaignier. L’aubier est ensuite travaillé pour prendre la forme d’une tige droite qui sera pliée en deux, courbée et attachée, et enfin laissée à sécher pendant un mois au minimum.

Fabrication Chisteras

Les tiges d’osiers ajustées dans le calibreur

Fabrication Chisteras

Le tressage des brins d’osier


Le tressage du panier constitue la deuxième étape. Pour cela, Pierre égalise une à une les éclisses d’osier qu’il place dans une machine d’antan. Ce calibreur est composé de deux lames entre lesquelles il fait glisser l’éclisse pour obtenir la largeur voulue. L’étape suivante est la plus longue. Pierre me montre comment les brins sont tissés et serrés à l’aide d’un poinçon sur la table de tressage. Un travail méticuleux qui dure plus de 10 heures !

Fabrication Chisteras

Fabrication Chisteras

La découpe du gant de cuir

Fabrication Chisteras

Fabrication Chisteras

La couture du gant


Vient enfin la dernière étape : adapter le gant en cuir et le coudre au panier en osier. Pour créer ce gant, Pierre utilise un gabarit en plastique de la taille de main désirée. Après la découpe, Pierre s’installe sur la machine à coudre de son grand-père, vieille de plus de 125 ans et en parfait état de fonctionnement. Une fois le gant préparé, il ne restera qu’à le coudre sur le panier en osier pour obtenir le fameux chistera. 

Fabrication Chisteras

Le chistera est prêt après 25h de travail


Et voilà ! Ce nouveau chistera quittera bientôt l’atelier pour rejoindre son heureux propriétaire, un joueur de pelote basque professionnel. Lorsque l’on sait que le record de vitesse d’envoi d’une pelote basque est de 306km/h, il n’est pas étonnant que les joueurs professionnels changent de chistera environ tous les 2 mois. Un avenir prometteur pour cette entreprise familiale qui saura indéniablement préserver ce patrimoine et ce savoir-faire local.


Vous avez aimé ce reportage ? Découvrez-en d’autres en vous abonnant sur la Page Facebook du Guide du Pays Basque. Nous avons aussi une page Instagram @guidedupaysbasque.


Photos et Article rédigé par Lesley Williamson pour le Guide du Pays Basque

 


Retour à la page "Culturelle"